mardi 12 novembre 2013

Vaincre ses peurs - Victor Delatour

"Je ne connaîtrai pas la peur, car la peur tue l’esprit. La peur est la petite mort qui conduit à l’oblitération totale. J’affronterai ma peur. Je lui permettrai de passer sur moi, au travers de moi. Et lorsqu’elle sera passée, je tournerai mon œil intérieur sur son chemin. Et là où elle sera passée, il n’y aura plus rien. Rien que moi". 

Litanie contre la Peur du rituel Bene Gesserit, Frank Herbert, Dune (1965)


"La peur est une souffrance. La peur est la non-acceptation de ce qui "est".
La peur n’existe que par rapport à quelque chose. C’est l’esprit qui crée la peur.
Seule la connaissance de soi peut vous affranchir de la peur.
La connaissance de soi est le commencement de la sagesse et la fin de la peur.
"

Jiddu Krishnamurti ( 1895-1986 ) La première et la dernière liberté ( 1979)



Vaincre ses peurs - Victor Delatour


La peur de Blanka - Pascal Renoux, Blog TYP
Nous connaissons tous la peur. 

Peur des chiens pour les uns, peur de décrocher le téléphone pour les autres. Ou encore, peur de la maladie, peur du chômage, peur de parler en public, peur de décevoir, peur de déranger, peur de trop s'exposer... 

Et ces peurs sont invalidantes. Elles nous freinent. Affronter sa peur, c'est souvent la première condition pour changer. Affronter sa peur, ce n'est pas la supprimer: ce qui n'est ni possible ni sans doute souhaitable. 

Il faut néanmoins la dompter et ne plus se laisser envahir par elle. Et cela s'apprend.

La solution ? Elle peut se résumer en trois étapes:



Prendre conscience

Tout processus de changement passe par la prise de conscience de ses propres schémas mentaux. Si celui qui a peur de tout examine ses comportements, il verra aisément que c'est bien la peur qui dicte son comportement puisque les personnes sont différentes et la peur toujours là. La plupart des choses que l'on craint sont inoffensives. Essayons d'analyser à quoi ressemble la peur et l'angoisse sous-jacente qui l'alimente. A la crainte de l'agression physique se mêle aussi la peur de l'humiliation et de l'incapacité à réagir.

L’auto-analyse de ces pensées, émotions, fantasmes et réactions associées est le premier pas pour dominer sa peur. Un premier pas essentiel car il va permettre d'imaginer et de scénariser d'autres solutions, d'autres schémas de conduite, d'autres réactions que celle qu'il rumine en boucle et le paralyse.


Trouver des alternatives

La deuxième étape du changement consiste à formuler des réponses mieux adaptées à la situation. En fait, lorsque l'on a le sentiment qu'il n'existe qu'une alternative, il faut élaborer mentalement toute une gamme de situations et s'y préparer. Imaginer des scénarios, préparer son entrée en matière, se présenter, exposer le problème en évitant le conflit, prévoir des alternatives, construire des stratégies, trouver des parades, éviter les pièges, s'armer et se défendre de tout risque de dérapage...

Au fond, nous avons peur de la rencontre, car nous ne savons pas trop comment nous y prendre. Nous sommes enfermés dans un schéma archaïque et répétitif: fuite (évitement) ou agression (et montée aux extrêmes). Or il y a d'autres voies possibles.

L'art de la négociation nous apprend que la posture de départ est primordiale. Lorsqu'on formule une réclamation, il faut éviter de remettre en cause l'interlocuteur et en rester au niveau des faits. Dans toute confrontation, il est important que chacun puisse "garder la face". Il ne faut pas prendre toutes les ripostes verbales pour un déni du problème et un refus de changer. Ce sont des issues de secours destinées à garder la tête haute durant l'échange. Il y a toute chance pour que le message ait tout de même été entendu. Face aux dénégations, inutile de pousser l'autre dans ses retranchements. Garder son sang-froid évite de s'enfermer dans une dispute interminable qui ne mènerait à rien. Les gens sont ainsi faits: ils n'aiment pas être ouvertement mis en cause, font souvent preuve de mauvaise foi pour défendre leurs positions, mais une fois les talons tournés, ils réfléchissent...


Se lancer, de l'audace !

Dominer sa peur et réussir à affronter ses craintes est une bataille que nul n'est certain de remporter à l'avance. Mais l'important, c'est déjà d'oser mener le combat. Même si le problème ne se résout pas, l'important est de surmonter son fantasme-écran, de dominer sa peur, et de passer à l'action. C'est un pas énorme. C'est une victoire sur son principal adversaire: soi-même.


Source: Extrait d'un article de Victor Delatour paru dans "Les grands dossiers des sciences humaines" n°23 Juin-Août 2011.

1 commentaire:

  1. La peur
    La peur ne doit pas être crainte.
    La peur est un avantage.
    La peur me maintient debout.
    La peur est rapide et non mortel.
    La peur garde un œil ouvert lorsque tu dors.
    La peur ajoute la prudence au courage.
    La peur protège.
    Conquière la peur et elle n’est plus ton ennemie.
    La peur est mon amie.

    La colère
    La colère me ralentie.
    La colère me rend lourds.
    La colère absorbe une énergie bien mieux placée ailleurs.
    La colère trouble le jugement, elle fait des erreurs.
    Mais la colère contrôlée est une arme puissante.
    La colère contrôlée est une force : un ami blessé à porter, un une cause perdu à défendre….
    Je ne gaspille pas ma colère.
    Je la canalise.

    La douleur
    La douleur m’attend en haut de chaque sommet.
    La douleur se cache dans chaque instant de la vie.
    La douleur se tapie dans chaque coups que je reçois.
    La douleur enseigne.
    La douleur motive.
    La douleur est un fait.
    La douleur est une falaise à escalader.
    La douleur n’écoute pas les muscles.
    La douleur fredonne la souffrance dans ma tête.
    La douleur se vainc dans le cœur.

    La fraternité
    La fraternité nous unis.
    La fraternité est une force dans le nombre.
    La fraternité est un pouvoir.
    La fraternité pense en groupe et agit comme un seul homme.
    La fraternité fait pour ton frère ce que tu aurais fait pour toi-même.
    La fraternité c’est mettre la vie de ton frère avant la tienne.

    Le calme
    Le calme est vital.
    Le calme est patience.
    Le calme parle doucement et lentement alors qu’autour de vous tout le monde hurle.
    Le calme est affaire d’esprit et non de cœur.
    Le calme voie l’envers et l’endroit.
    Le calme traite les hommes et les enfants de la même façon.
    Le calme conserve mon énergie.
    Le calme agit avec prudence et intelligence.
    Le calme est décisif et sans erreur.
    Le clame sauve des vies.

    Mon ennemie
    Mon ennemie est une constante
    Mon ennemie est là et il n’y a rien que je puisse y faire.
    Mon ennemie ne me laissera pas en paix.
    Mais je peux m’en accommoder.
    Mon ennemie n’imagine pas la force qui m’habite.
    Mon ennemie se dérobera lorsqu’il comprendra.
    Mon ennemie abandonnera.
    Mon ennemie m’aidera à me focaliser sur mon objectif.
    Mon ennemie me gardera aiguisé.
    Mon ennemie échouera la où je réussirai.

    Les rires
    Les rires sont un cataplasme.
    Les rires stoppent la peur.
    Les rires tiennent éloigné la faim.
    Les rires refoulent la froidure dehors.
    Les rires apaisent un esprit échauffé.
    Les rires rendent tous les hommes égaux.
    Les rires désamorcent les situations délicates.
    Les rires n’ont aucune frontière.
    Les rires m'accompagnent dans les bons moments et me font traverser les mauvais moments.
    Les rires devraient être pris très au sérieux.


    Mon esprit
    Mon esprit est une arme.
    Mon esprit est un bouclier contre la peur.
    Mon esprit est un bandage sur la douleur.
    Mon esprit rempart contre la colère.
    Mon esprit peut vaincre la peur, éradiquer la douleur, oblitérer la colère.

    Affectueusement.

    RépondreSupprimer