samedi 20 juillet 2013

Edgar Morin (1921-)

Edgar Morin (1921-)
Edgar Nahoum, dit Edgar Morin, né à Paris le 8 juillet 1921, est un sociologue et philosophe français. Il définit sa façon de penser comme «co-constructiviste» en précisant : «c’est-à-dire que je parle de la collaboration du monde extérieur et de notre esprit pour construire la réalité».

Edgar Morin grandit auprès de ses parents, israélites immigrés qui détiennent un magasin de textile. En juin 1931, il subit un traumatisme sans précédent. Sa mère adorée meurt d'une crise cardiaque. Désarçonné, le petit garçon s'enferme dans son univers : les livres. Sous le choc, l'enfant se rebelle et hait en secret son père. Ce dernier, malgré les sentiments de son fils, le protège et le chérit autant qu'il le peut. 

En 1938, il rejoint le mouvement des Etudiants frontistes, socialiste, qui s'oppose aux Nazis, et l'année suivante entre dans la Résistance. Il prend le patronyme "Morin", ses amis le surnomment ainsi.

Membre du Parti communiste français depuis 1941, il s'en éloigne à partir de 1949 : il en est exclu peu après en tant que résistant antistalinien.

Entre 1977 et 1991, il élabore une "méthode". Chercheur émérite au sein du Centre National de la Recherche Scientifique, Edgar Morin cultive la pluridisciplinarité et s'applique à analyser la société d'un oeil malicieux. L’unité de la recherche d’Edgar Morin est dans le souci d’une connaissance ni mutilée ni cloisonnée, qui puisse respecter l’individuel et le singulier tout en l’insérant dans son contexte et son ensemble. Enfin il s’est consacré pendant vingt ans à la recherche d’une Méthode apte à relever le défi de la complexité ce qui s’impose désormais, non seulement à la connaissance scientifique, mais aussi à nos problèmes humains, sociaux, politiques.

Les ouvrages d'Edgar Morin ont été traduits en 28 langues et dans 42 pays.


Edgar Morin (1921-)
Bibliographie (principaux ouvrages)


1946, L'An zéro de l'Allemagne, Paris, éditions de la Cité Universelle
1948, Une cornerie, Édition Nagel, Paris

1951, L’Homme et la mort, Le Seuil
1956, Le Cinéma ou l'homme imaginaire, Éditions de minuit
1957, Les Stars, Collections Microcosme « Le Temps qui court », Le Seuil
1959, Autocritique, Le Seuil

1962, L'Esprit du temps, Éditions Grasset Fasquelle
1967, Commune en France. La métamorphose de Plodémet, Fayard
1969, La Rumeur d'Orléans
1969, Introduction à une politique de l'homme, Le Seuil

1970, Journal de Californie
1973, Le Paradigme perdu : la nature humaine
1977, La Nature de la nature (t. 1), Le Seuil

1980, La Vie de la vie (t. 2), Le Seuil, Nouvelle édition
1981, Pour sortir du XXe siècle, Nathan
1982, Science avec conscience, Fayard
1983, De la nature de l’URSS, Fayard
1984, Le Rose et le noir, Galilée
1986, La Connaissance de la connaissance (t. 3), Le Seuil
1987, Penser l'Europe, Gallimard, Folio Actuel

1988, Mais, Édition Neo/Soco Invest
1989, Vidal et les siens

1990, Introduction à la pensée complexe, Le Seuil
1991, Les Idées (t. 4), Le Seuil, Nouvelle édition
1993, Terre-patrie (avec la collaboration d’A.B. Kern), Le Seuil

1994, Mes démons, Stock, coll. Au vif
1994, La Complexité humaine, Textes choisis, Champs Flammarion, coll. l’Essentiel
1995, Les Fratricides - Yougoslavie-Bosnie 1991-1995, Édition Arlé
1995, Une année sisyphe Seuil
1997, Comprendre la complexité dans les organisations de soins, ASPEPS Éd.
1997, Une Politique de civilisation (en collaboration avec Sami Naïr), éd. Arléa, Paris
1997, Amour Poésie Sagesse Seuil
1999, L’Intelligence de la complexité, (avec Jean-Louis Le Moigne), Éd. l’Harmattan
1999, Relier les connaissances, Le Seuil
1999, La Tête bien faite, Le Seuil

2000, Les Sept savoirs nécessaires à l'éducation du futur, Le Seuil
2000, Dialogue sur la nature humaine, Édition France Culture/l'Aube intervention
2001, L’Humanité de l’humanité - L’identité humaine (t. 5), Le Seuil
2001, Journal de Plozévet, Bretagne, 1965, La Tour d’Aigues, L’Aube

2002, Dialogue sur la connaissance. Entretiens avec des lycéens , La Tour d’Aigues, L’Aube
2002, Pour une politique de civilisation, Paris, Arléa
2003, La Violence du monde (avec Jean Baudrillard), Édition du Félin
2003, La pensée complexe comme méthode d’apprentissage dans l’erreur et l’incertitude humaine, Balland
2003, Université, quel avenir ?, Éditions Charles Léopold Mayer
2003, Les Enfants du ciel : entre vide, lumière, matière (avec Michel Cassé), Odile Jacob.
2004, Pour Entrer dans le XXIe siècle, réédition de Pour sortir du XXe siècle publié en 1981, Le Seuil
2004, Éthique (t. 6), Le Seuil, Nouvelle édition, coll. Points, 2006
2006, Itinérance, Arléa, transcription d'un entretien avec Marie-Chritine Navarro sur France-Culture

2006, Le Monde moderne et la question juive, Le Seuil
2007, L'an I de l'ère écologique, Tallandier
2007, Vers l'abîme, L'Herne 
2007, Où va le monde?, L'Herne
2008, La Méthode (6 volumes), coffret des 6 volumes en 2 tomes, collection Seuil Opus
2008, Mon chemin. Entretiens avec Djénane Kareh Tager, Fayard

2008, Mai 68, La Brèche, avec Claude Lefort et Cornelius Castoriadis, Fayard
2008, Vive la politique ?, Frémeaux & Associés
2009, Crises, CNRS, Débats (5 novembre 2009)
2009, La Pensée tourbillonnaire - Introduction à la pensée d'Edgar Morin, Éditions Germina, Entretiens
2009, Edwige, l'inséparable, Fayard

2010, Pour et contre Marx, Temps Présent
2010, Ma gauche, Bourin Éditeur
2010, Comment vivre en temps de crise?, Bayard Centurion, coll. « Le temps d'une question ».
2010, Regards sur le sport, Le Pommier/INSEP
2011, La Voie : Pour l'avenir de l'humanité, Paris, Éditions Fayard
2011, Conversation pour l'avenir, La Tour d'Aigues, L'Aube, coll. « Monde en Cours ».
2011, Dialogue sur la connaissance : Entretiens avec des lycéens, Editions de l'Aube
2011, Mes philosophes, Meaux, Germina
2011, Le chemin de l'espérance, en collaboration avec Stephane Hessel, Fayard
2012, La France est une et multiculturelle. Lettre aux citoyens de France, Fayard.
2013, Mon Paris, ma mémoire, Fayard,


Edgar Morin (1921-) à 90 ans
Citations

"La force du mythe, c'est donc qu'il s'appuie apparemment sur la vérification la plus rigoureuse que l'on peut exiger, celle du témoignage direct qu'apporte et confirme une personne de confiance."
La rumeur d'Orléans de Edgar Morin)

"Les sociétés humaines, et singulièrement nos sociétés historiques, ont introduit au coeur de la relation entre humains l'opposition dramatique du "maître et de l'esclave", c'est-à-dire l'asservissement, l'exploitation, l'assujettissement de l'homme par l'homme, et elles nous posent un problème inconnu en ces termes dans le règne vivant et dans toute autre société : celui de l'émancipation au sein et à l'égard de sa propre société, y compris par et dans la transformation de cette société.
La méthode, tome 2 : La Vie de la vie de Edgar Morin

"Une prévision statistique avant la naissance de l'univers aurait considéré celui-ci comme quasi impossible". 
La méthode, tome 1 : La Nature de la nature de Edgar Morin

"La conscience n'est pas la lumière qui éclaire l'esprit et le monde, mais c'est la lueur ou le flash qui éclaire la brèche, l'incertitude, l'horizon". 
Le paradigme perdu de Edgar Morin

"La réforme de pensée dépend de la réforme de l'éducation, mais celle ci dépend aussi d'une réforme de pensée préliminaire, ce sont deux réformes maîtresses en boucle récursive l'une productrice/produit de la réforme de l'autre, et indispensable pour la réforme de la pensée politique laquelle commandera les réformes sociales, économiques, etc. En même temps la réforme de vie est cruciale, en relation de boucle avec réforme de l'alimentation, de la consommation, de l'habitat, des loisirs/vacances. Ces trois méta-réformes permettent de concevoir la solidarité de toutes les réformes, lesquelles les nourriront..."
La Voie de Edgar Morin

"… la crise d'une pensée politique aveugle qui, soumise à un crétinisme économiste qui dégrade tous les problèmes politiques en questions de marchés, est incapable de formuler aucun grand dessein."
Le chemin de l'espérance de Edgar Morin

"Il y a dans notre société carence d'empathie, de sympathie et de compassion, laquelle se traduit par l'indifférence, l'absence de courtoisie entre personnes habitant souvent un même quartier, un même immeuble, alors que dire bonjour à l'inconnu de rencontre signifie qu'on le reconnaît en tant qu'humain digne de sympathie..."
Le chemin de l'espérance de Edgar Morin

"Le développement capitaliste a entraîné le développement des productions, des échanges, des communications, mais il a entraîné la marchandisation généralisée, y compris là où régnaient les entraides, les solidarités, y compris là où régnaient les entraides, les solidarités, les biens communs non monétaires, détruisant ainsi de nombreux tissus de convivialité. Le marché privilégie en toutes occasions le calcul d'intérêt. L'envers de la monétarisation, c'est la nécessité de sommes croissantes d'argent pour seulement survivre, et le rétrécissement de la part du service gratuit, du don, c'est-à-dire de l'amitié et de la fraternité."
Pour une politique de civilisation de Edgar Morin

"... il n'y a pas une finalité de la vie, il y a un complexe de finalités dans le simple terme vivre... la finalité de la vie ne peut s'exprimer que dans l'apparente tautologie vivre pour vivre... ce qui signifie que la finalité de la vie est immanente à elle-même, sans pouvoir se définir hors de la sphère de la vie. Elle signifie que vouloir-vivre et devoir-vivre comportent une finalité formidable, têtue, frénétique, mais sans fondement rationalisable; elle signifie en même temps que la finalité est insuffisante pour définir la vie. Accepter que la vie ne soit pas justifiée, c'est accepter vraiment la vie."
Le paradigme perdu de Edgar Morin

"Le développement qui se voudrait solution ignore que les sociétés occidentales sont en crise du fait même de leur développement. Celui-ci a en effet secrété un sous-développement intellectuel, physique et moral. Intellectuel, parce que la formation disciplinaire que nous, Occidentaux, recevons, en nous apprenant à dissocier toute chose nous a fait perdre l'aptitude à relier et, du coup, celle à penser les problèmes fondamentaux et globaux. Psychique, parce que nous sommes dominés par une logique purement économique qui ne voit comme perspective politique que la croissance et le développement, et que nous sommes poussés à tout considérer en termes quantitatifs et matériels."
La Voie de Edgar Morin

"Le pire est à venir de la conjonction de cinq caractéristiques majeures de la globalisation: une machine inégalitaire qui mine les tissus sociaux et attise les tensions protectrices; un chaudron qui brûle les ressources rares, encourage les politiques d'accaparement et accélère le réchauffement de la planète; une machine à inonder le monde de liquidités et à encourager l'irresponsabilité bancaire; un casino où s'expriment tous les excès du capitalisme financier; une centrifugeuse qui peut faire exploser l'Europe".
La Voie de Edgar Morin

"... la riposte à l'angoisse est la communion, la communauté, l'amour, la participation, la poésie, le jeu... "
Ethique : La méthode 6 de Edgar Morin

"Il faut de la joie et de l’amour dans le présent pour bien investir dans l’avenir. Il faut savoir jouir du présent pour aimer l’avenir. Il faut savoir que l’avenir lui-même fait partie du devenir, et passera, lui aussi..."
Où va le monde ? de Edgar Morin

"Le sursaut d’humanité, s’il advient, passe nécessairement par la conscience individuelle tout en se propageant en onde de choc collective."
Où va le monde ? de Edgar Morin

"La civilisation, de toute façon, n’est qu’une mince pellicule non seulement à la surface sociale, mais à notre propre surface mentale."
Où va le monde ? de Edgar Morin

"En fait, il y a toujours un jeu rétroactif entre présent et passé, où non seulement le passé contribue à la connaissance du présent, ce qui est évident, mais aussi où les expériences du présent contribuent à la connaissance du passé, et par là le transforment."
Où va le monde ? de Edgar Morin

"... l'unité humaine engendre la diversité humaine et la diversité humaine entretient l'unité humaine."
La Voie de Edgar Morin

"… cependant qu'aux totalitarismes de XXe siècle ont succédé la tyrannie d'un capitalisme financier qui ne connait plus de bornes, soumet États et peuples à ses spéculations, et le retour de phénomènes de fermeture xénophobe, raciale, ethnique et territoriale."
Le chemin de l'espérance de Edgar Morin

"Il faut être capable d'accepter l'altérité, de travailler avec elle, c'est cela dialoguer, et le dialogue commence par soi-même."
Pour entrer dans le XXIe siècle de Edgar Morin


video
Edgar Morin parle de son livre, La Voie

2 commentaires:

  1. Vous écrivez :
    "A partir de 1958, il rejoint les rangs du Parti Communiste français, où il rencontre François Mitterrand. Etudiant infatigable, il entreprend un cursus de sociologie. Il ne quitte pas l'université après l'obtention de sa thèse, il devient professeur."
    Or Edgar Morin a été exclu du PC (où il n'aurait guère eu de chance de rencontrer François Mitterrand) en 1951. Il n'existait pas alors de cursus de sociologie.
    Edgar Morin a quitté l'université en 1943, muni d'une double licence (bac +3) d'histoire et de droit. Ce sont ses seuls titres universitaires (le doctorat honoris causa étant purement honorifique et ne donne aucun droit à enseigner : Céline Dion en est).Il n'a jamais présenté de thèse et n'a jamais été professeur. Il a fait sa carrière au CNRS, où il est entré par piston comme stagiaire, en 1950.
    Lisez le livre de Jean Jacob : "Edgar Morin, la fabrique d'une pensée et ses réseaus influents".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ces précisions, l'article est rectifié.

      Supprimer