vendredi 4 mai 2012

Où courent-ils ? - Raymond Devos (1922-2006)

Excusez-moi, je suis un peu essoufflé ! Je viens de traverser une ville où tout le monde courait... Je ne peux pas vous dire laquelle...je l'ai traversée en courant. Lorsque j'y suis entré, je marchais normalement, mais quand j'ai vu que tout le monde courait...je me suis mis à courir comme tout le monde sans raison !

A un moment je courais au coude à coude avec un monsieur...

Je lui dis : "Dites-moi...pourquoi tous ces gens-là courent-ils comme des fous ?", 
Il me dit : "Parce qu'ils le sont !", Il me dit : "Vous êtes dans une ville de fous ici...vous n'êtes pas au courant.", Je lui dis :"Si, Si, des bruits ont couru !", 
Il me dit : "Ils courent toujours !", 
Je lui dis :"Qu'est-ce qui fait courir tous ces fous ?", 
Il me dit : "Tout ! tout ! Il y en a qui courent au plus pressé. D'autres qui courent après les honneurs...Celui-ci court pour la gloire...Celui-là court à sa perte !", 
Je lui dis : "Mais pourquoi courent-ils si vite ?", 
Il me dit : " Pour gagner du temps ! Comme le temps, c'est de l'argent, plus ils courent vite, plus ils en gagnent !", 
Je lui dis : "Mais où courent-ils ?", 
Il me dit : "A la banque ! Le temps de déposer l'argent qu'ils ont gagné sur un compte courant...et ils repartent toujours courant, en gagner d'autre !"
Je lui dis : "Et le reste du temps ?", 
Il me dit : "Ils courent faire leurs courses...au marché !", 
Je lui dis : "Pourquoi font-ils leurs courses en courant.", 
Il me dit : "Je vous l'ai dit... parce qu'ils sont fous !", 
Je lui dis : "Ils pourraient tout aussi bien faire leur marché en marchant...tout en restant fous !", 
Il me dit : "On voit bien que vous ne les connaissez pas ! D'abord le fou n'aime pas la marche...", 
Je lui dis : "Pourquoi ?", 
Il me dis : "Parce qu'il la rate !", 
Je lui dis : "Pourtant, j'en vois un qui marche !?", 
Il me dis : "Oui, c'est un contestataire ! Il en avait assez de courir comme un fou. Alors il a organisé une marche de protestation !", 
Je lui dis : "Il n'a pas l'air d'être suivi ?", 
Il me dit : "Si, mais comme tous ceux qui le suivent courent, il est dépassé !",
Je lui dis : "Et vous, peut-on savoir ce que vous faîtes dans cette ville ?", 
Il me dit : "Oui ! Moi j'expédie les affaires courantes. Parce que même ici, les affaires ne marchent pas !", 
Je lui dis : " Et où courez-vous là ?", 
Il me dit : "Je cours à la banque !", 
Je lui dis : "Ah !...Pour y déposer votre argent ?", 
Il me dit : "Non ! Pour le retirer ! Moi je ne suis pas fou !", 
Je lui dis : Mais si vous n'êtes pas fou, pourquoi restez-vous dans une ville où tout le monde l'est ?"
Il me dit : "Parce que j'y gagne un argent fou !...C'est moi le banquier !..."


Raymond Devos


video
Sketch "Où courent-ils ?"


Raymond Devos (1922-2006)
Raymond Devos est un humoriste français, né le 9 novembre 1922 à Mouscron en Belgique, mort le 15 juin 2006 à Saint-Rémy-lès-Chevreuse dans les Yvelines (France). Il est célèbre pour ses jeux de mots, ses qualités de mime, son goût pour les paradoxes cocasses, le non-sens et la quête de sens.

l’humour de Raymond Devos frise souvent la métaphysique (Friedrich Nietzsche), voire la mathématique fondamentale, comme lorsqu’il explique que « trois fois rien, c’est déjà quelque chose ». Beaucoup le considèrent comme un génie des mots, un poète hurluberlu et étonnant. Ses références littéraires sont Gaston Bachelard et Marcel Aymé. Ses inspirateurs et modèles sont Tristan Bernard, Alphonse Allais, Alfred Jarry, Boris Vian avec lequel Devos a travaillé, Raymond Queneau. Sans oublier Charlie Chaplin, Jacques Tati, Pierre Etaix et les grands clowns comme les légendaires Footit et Chocolat, Grock, les Fratellini ou Pipo.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire