samedi 5 mai 2012

Jacques-Yves Cousteau (1910-1997)

Jacques-Yves Cousteau (1910-1997)
Jacques-Yves Cousteau (11 juin 1910, Saint-André-de-Cubzac, France - 25 juin 1997, Paris) est un officier de la marine française, océanographe, internationalement connu comme le commandant de la Calypso. Marin, explorateur, cinéaste, pionnier de la recherche océanographique et visionnaire, il a familiarisé le grand public avec le monde de la mer et ses mystères.

En 1930, après avoir fait ses études préparatoires au Collège Stanislas de Paris, il entre à l'École navale de Brest et devient officier canonnier. C'est à Toulon, où il est affecté sur le Condorcet, qu'il a l'occasion de faire ses premières expériences sous-marines grâce à son ami Philippe Tailliez. Jacques-Yves Cousteau appartient également au service de renseignements de la marine française et à ce titre, est envoyé en mission à Shanghai et au Japon (1938) et en URSS (1939). 

De son passage dans la marine nationale française, il développe l'idée et le désir d'explorer la mer dans sa globalité.

Cousteau voulait devenir pilote, mais un grave accident de voiture à 25 ans met fin à cette ambition. Pour favoriser le rétablissement de son bras blessé, il suit un programme de natation dans la Méditerranée. C'est là qu'il essaye pour la première fois des lunettes sous-marines. Sous un mètre d'eau, le ballet joué par un groupe de poissons se dirigeant tous ensemble vers un rocher couvert d'algues l'enchante. Il écrira plus tard "m'éloignant du rivage, je me suis mêlé aux vagues et je me suis probablement perdu".

En 1937, Jacques-Yves Cousteau épouse Simone Melchior, une jeune fille de 18 ans qui va exercer une grande influence sur lui. Les années de la Seconde Guerre mondiale sont décisives pour l'histoire de la plongée. Le père de Simone lui présente Emile Gagnan. A cette époque où l'essence se fait rare, cet ingénieur a perfectionné un système de valve avec détendeur pour les moteurs à gazogène. Pour Cousteau, c'est l'illumination: le détendeur permettrait de fournir de l'oxygène "sur demande", à une pression toujours égale à celle du milieu ambiant. 

En 1943, il conçoit et réalise avec Émile Gagnan le prototype de scaphandre autonome à air comprimé Cousteau-Gagnan. Le brevet qu'il codéposera pour cette invention le mettra à l'abri du besoin pour le reste de sa vie. Par ailleurs, Jacques-Yves Cousteau est aussi le Co-inventeur de la première caméra de télévision sous-marine, des sous-marins d’exploration, et du procédé de propulsion éolienne des navires utilisé sur le navire de recherches Alcyone. C'est, enfin, le premier réalisateur de la méthode de plongée dite à saturation.


Les premières expéditions de la Calypso

En 1950, Cousteau fait l'acquisition d'un dragueur de mines vieux de huit ans, la Calypso, qu'il transforme, après de nombreuses modifications, en navire de recherche océanographique bien équipé. La Calypso appareille en novembre 1951 en direction de la mer Rouge. L'équipage est composé de volontaires. Parmi eux, des scientifiques qui ont tout de suite compris l'opportunité scientifique d'un tel navire. Il y a des spécialistes en biologie marine, en chimie, en géologie et en vulcanologie. Mais pour Cousteau, l'objectif crucial de cette mission est ailleurs: prouver l'efficacité des techniques de plongées.

La Calypso - Navire de Jacques-Yves Cousteau

Commence alors une série de croisières scientifiques, d'études et de missions qui imposeront des transformations au navire, au fur et à mesure des besoins. Au bout de quelques années, la Calypso est équipée de véhicules sous-marins, d'un hélicoptère et de tous les outils nécessaires à sa mission. Avec sa grue, ses antennes et sa chambre d'observation sous-marine, Calypso a cette allure si particulière dont tout le monde se souvient. Pendant 40 ans, ce navire parcourt le globe à l'occasion de plus de 50 missions et permet au commandant Cousteau et à son équipe de faire découvrir à tous les richesses et la fragilité des océans. A la fois véhicule, base et maison, le navire passe des eaux tièdes de l'océan Indien aux glaces de l'Antarctique. Il tracte les "maisons sous la mer", remonte le fleuve amazone, accueille les équipes de tournage et devient le symbole d'un monde à redécouvrir et dont il faut prendre soin.

En 1959, pour atteindre des profondeurs plus reculées, Cousteau construit avec l'ingénieur Jean Mollard une première soucoupe plongeante qui va contribuer à la découverte de formes de vies dont nous ne soupçonnions même pas l'existence.


L'éveil d'une conscience environnementale

Le grand public se souvient avant tout de Cousteau pour ses séries télévisées. En 1954, la Calypso compte à son bord un jeune homme de 23 ans qui a pour tâche d'enseigner aux plongeurs le maniement de la caméra. Il s'appelait Louis Malle. Pendant ses voyages, Jacques-Yves Cousteau produit de nombreux films (il obtient la Palme d'or au Festival de Cannes en 1956 pour "le Monde du silence" coréalisé avec Louis Malle) et des livres qui ont contribué à diffuser, avec une popularité sans précédent, la connaissance de la biologie sous-marine. Assez vite, la part cinématographique représente jusqu'à 70% du travail à bord de la Calypso. Par les images et les sons, il fait découvrir les beautés naturelles des océans ainsi que l'impact des hommes sur cet environnement.

En 1957, il est nommé à la direction du Musée océanographique de Monaco. Il dirige Précontinent, des expériences de plongée en saturation (immersion de longue durée, maisons sous la mer). C'est l'un des rares étrangers admis à la National Academy of Sciences, aux Etats-Unis d'Amérique.

La popularité de Cousteau grandit. En octobre 1960, un volume important de déchets radioactifs devait être immergé en mer Méditerranée par le CEA. Cousteau organise une campagne de presse qui en moins de deux semaines soulève la population. Le train de déchets est arrêté par des sit-in de femmes, d'hommes et d'enfants qui l'obligent à retourner à son point de départ. Le risque fut écarté.

La rencontre avec la télévision américaine (ABC, Metromedia, NBC) crée la série "L'Odyssée sous-marine du Commandant Cousteau", avec le personnage du commandant au bonnet rouge (que l'équipe Cousteau portait en référence à l'uniforme des anciens occupants du Bagne de Toulon, les bagnards étaient fréquemment "désignés volontaires" pour des interventions hasardeuses en scaphandre "pieds-lourds") destiné à donner aux films un style "aventures personnalisées" plutôt que "documentaires didactiques". A leur sujet, Cousteau expliquait: "les gens protègent et respectent ce qu'ils aiment, et pour leur faire aimer la mer, il faut les émerveiller autant que les informer".

En 1973, il crée The Cousteau Society aux États-Unis d'Amérique, dédiée à la protection et à l'amélioration de la qualité de la vie pour les générations actuelles et futures.

En 1975, il découvre l'épave du "Britannic", navire-jumeau du "Titanic", par 120 mètres de fond. C'est en 1976 qu'il pénètre pour la première fois avec des plongeurs à l'intérieur de l'épave. Certains éléments sont repêchés.

En 1977, il reçoit avec Peter Scott le prix des Nations unies pour l'environnement.

En 1985, la médaille présidentielle de la liberté (Presidential Medal of Freedom) lui est décernée, remise par Ronald Reagan, alors président des États-Unis. A cette époque, Cousteau retournant dans la Méditerranée constate que les splendeurs qu'il s'était promis de partager avec tous ont disparue. Lors de cette mission, "redécouverte du monde", il s'alarme de cette dégradation qui se généralise à l'ensemble de la planète. Surpêche, déversements de déchets, destructions des récifs coralliens, marées noires... "Des erreurs grossières sont aujourd'hui encore commises par des gens qui ne se renseignent pas. Il reste toujours des particuliers qui construisent une jetée pour "retenir" le sable de leur plage, sans réaliser qu'ils décuplent ainsi l'érosion de la plage de leur voisin. Les gens qui prétendent que leurs déchets vont se déposer tranquillement sur le fond marin oublient généralement de s'informer des importants processus de remontées d'eaux froides."

Le 24 novembre 1988, il fut élu à l'Académie française succédant à Jean Delay au 17e fauteuil. Sa réception officielle sous la Coupole eut lieu le 22 juin 1989.

Même la dernière terre vierge de la planète, le continent Antarctique, est la cible de compagnies d'exploitation minière. Avec l'aide d'associations internationales de protection de l'environnement, l'équipe Cousteau réussit à faire décréter en 1990 un moratoire de 50 ans qui préservera, espère-t-on, le continent blanc jusqu'à la prochaine génération.

En 1992, Jacques-Yves Cousteau est invité à la conférence des Nations unies sur l'environnement et le développement à Rio de Janeiro (Brésil). Il devient alors un conseiller régulier de l'ONU et plus tard de la Banque mondiale. Cette année-là, il est nomé président du Conseil pour les droits des générations futures.

Jacques-Yves Cousteau refusa de s'engager en politique au côté des écologistes, car il estimait qu'il ne devait pas prendre parti et que l'environnement est l'affaire de tous.. Vers la fin de sa vie, il se consacra totalement à trouver des voies positives pour l'avenir de l'humanité (L'Homme, le poulpe et l'orchidée par J.Y. Cousteau et Susan Shiefelbein). La surpopulation de notre planète resta sa plus grande préoccupation: "Une terre et une humanité en équilibre, ce serait une population de cent à cinq cent millions de personnes, mais éduquées et capables d'auto-subsistance. Le vieillissement de la population n'est pas le problème. C'est une chose terrible à dire, mais pour stabiliser la population mondiale, nous devons perdre 350 000 personnes par jour. C'est une chose horrible à dire, mais ne rien dire l'est encore plus".

Jacques-Yves Cousteau s'est éteint le 25 juin 1997 à Paris. Sa disparition fut fortement ressentie aux États-Unis, où il était l'un des Français les plus populaires. Il a été inhumé dans le caveau familial à Saint-André-de-Cubzac (France). 

video
 Rétrospective du commandant Cousteau - Interview de 1995


Cousteau, l'homme et son oeuvre

On décrivait Cousteau comme un brillant homme d'affaire. Il est vrai qu'il ne manqua jamais de promoteurs pour financer ses projets. D'après son équipage, il faisait aussi un bon patron: courtois, plein d'humour et inquiet des dangers. Pour certains, le génie de Cousteau résidait dans cette intuition qui lui permis de s'entourer de personnes sur qui il pouvait compter.

Cousteau se préoccupait autant de la vie terrestre que marine. Il s'est inquiété ouvertement du sort de l'Amazonie, il est intervenu sur la déforestation, et les problèmes de drogues. Sa vision de l'évolution englobait à la fois la nature et l'homme, ce qu'on pourrait appeler "l'écologie de l'homme". En collaboration avec l'UNESCO, son équipe mit sur pied un programme de doctorat en écotechnie réunissant des gens de toutes disciplines. En 1991, l'équipe Cousteau proposa une charte des droits des générations futures. Le texte fut approuvé par l'UNESCO.

Il ne manqua pas de se servir de sa célébrité. Il fit un magnifique pied-de-nez à l'administration Reagan en obtenant de Fidel Castro la libération de 27 prisonniers politiques cubains. Il fut également de ceux qui surent influencer certaines décisions politiques. Son opposition aux projets d'enfouissement des déchets nucléaires dans la Méditerranée en 1960 et d'exploitation minière de l'Antarctique en 1990 en sont des exemples.

Cousteau aimait s'appeler lui-même "technicien océanographique". Beaucoup estiment qu'il était un amoureux sophistiqué de la nature, particulièrement de la mer. Avec son inimitable sourire, et au travers de la télévision, il fit découvrir la vie sous la surface aux peuples de tous les continents et leur fit explorer les infinies ressources du "continent bleu". Le travail accompli par Cousteau créa un nouveau genre de communication scientifique qui fut largement critiqué par les tenants du formalisme académique: la télévision a besoin d'une mise en scène qui souvent s'éloigne de la rigueur scientifique. Mais il contribua fortement à la diffusion de la vulgarisation dans toutes les disciplines scientifiques.

Jacques-Yves Cousteau est incontestablement l'une des grandes figures de la seconde moitié du XXe siècle pour l'exploration des mondes sous-marins. Son action aura fait découvrir à plusieurs générations ces derniers mondes inconnus et inexplorés. Il demeure le grand responsable de l'émerveillement du grand public face au monde sous-marin. Des décennies avant Greenpeace et les autres mouvements écologiques populaires, il parla de protection de l'environnement pour les générations futures. Sa contribution à l'éveil d'une conscience environnementale planétaire restera sans doutes sa plus grande oeuvre.


video
Centenaire de Jacques-Yves Cousteau, vidéo extraite du site internet Cousteau Society


Citations de Jacques-Yves Cousteau

"Ce sport la chasse sous-marine est magnifique parce qu'il est dur et qu'il se déroule dans un cadre inimaginable. C'est un bain de vie animale, tranquille, dure, sans inutile cruauté. Tous les animaux rencontrés sont des enfants ou des adolescents. Peu d'adultes, presque pas de vieillards. Pour se nourrir on attaque et on tue, mais de préférence un frère en difficulté. Pas de massacre inutile: la sélection naturelle, simple, émouvante. La jungle de Mowgli."

"Les bateaux, les engins, l'argent, les hommes, moi-même, tout ça c'est de la quincaillerie. Ce qui compte, c'est l'œuvre accomplie: dans un siècle on nous aura oublié, mais on se souviendra encore de ce que nous avons filmé et dit."

"Mon but n'est pas d'enseigner, je ne suis ni un scientifique ni un professeur. Je suis un découvreur, mon but est d'émerveiller. On aime ce qui nous a émerveillé, et on protège ce que l'on aime."

"Une terre et une humanité en équilibre, ce serait une population de cent à cinq cent millions de personnes, mais éduquées et capables d'auto-subsistance. Le vieillissement de la population n'est pas le problème. C'est une chose terrible à dire, mais pour stabiliser la population mondiale, nous devons perdre 350.000 personnes par jour. C'est une chose horrible à dire, mais ne rien dire l'est encore plus."
Propos receuillis par Yves Paccalet: "L'humanité disparaîtra, bon débarras !", Arthaud, Paris, 2006

"Demain, je veux que les droits de ceux qui nous succéderont soient inscrits dans les devoirs de ceux qui existent. Si par mon œuvre j'ai pu permettre à nos enfants et à ceux qui ne sont pas encore nés de vivre dans la symphonie du monde, j'aurai rempli ma mission."

"Je ne me suis pas préparé à la mort. Quand ça m'arrivera, je serai le premier étonné."

"Les missions impossibles sont les seules qui réussissent."

"Il faut aimer la vie, même dans ses formes les moins attirantes."

"Le bonheur pour une abeille ou un dauphin est d'exister. Pour l'homme, c'est de le savoir et de s'en émerveiller."

"Un bon écologiste, c'est un type qui voit loin et qui a peu de foi dans le progrès, la science et la technique."
Extrait d'un Entretien avec Pierre Assouline - Juin 1989

"L'enfance, c'est le moment le plus intense de la vie."
Extrait d'un Entretien avec Pierre Assouline - Juin 1989
   

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire